Après un premier compact signé en 2004 et clos avec succès en 2011, le Bénin a obtenu un deuxième accord de subvention signée le 9 septembre 2015.

L’objectif premier du programme est de contribuer à la réduction de la pauvreté dans les pays bénéficiaires. Une analyse réalisée par le gouvernement et la MCC en octobre 2012 a démontré que des infrastructures pauvres en électricité et qu'un environnement économique inapproprié sont des contraintes réelles dans le cadre de la croissance au Bénin. Une analyse conjointe des possibilités du secteur privé a mis en évidence la diversification du secteur agroalimentaire comme possibilité de croissance pour le Bénin, tandis qu'une analyse des problèmes sociaux et d'égalité des sexes a insisté sur le rôle important que les femmes jouent dans l'agriculture et l'agroalimentaire en tant que fermières, artisanes et commerçantes, et sur l'importance de l'agriculture comme secteur employant la population avec une concentration élevée de personnes défavorisées.

Au regard de ce constat, l'Unité de Coordination de la Formulation du 2ème Programme et du Suivi des Réformes de MCA - Bénin (UFC) a réorienté en septembre 2014 le programme, initialement axé sur secteur agroalimentaire, vers une concentration exclusive sur le secteur de l'électricité.

Processus de consultation

À la suite de la sélection du Bénin pour le deuxième pacte, le gouvernement a mis en place des équipes dont la mission était de se rendre dans chaque région du Bénin afin de consulter la population sur les contraintes les plus importantes liées à la croissance dans le pays. Les acteurs ont consulté, y compris les autorités locales, les opérateurs, les artisans, les fermiers, les dirigeants de la société civile et les représentants des associations civiques et des groupes de femmes.  Les consultations s'avéraient complètes et collaboratives et comprenaient des questions spécifiques au secteur privé, et faisaient intervenir aussi bien des femmes que des hommes. Les résultats des consultations de la population donnaient des informations sur la sélection des contraintes clés liées à la croissance, ainsi que sur l'analyse sociale et sur l'égalité des sexes, et sur l'analyse des possibilités d'investissements.  La Millennium Challenge Corporation (MCC) a participé à un grand nombre des consultations et a travaillé avec le gouvernement afin de faire part de ses conclusions importantes.  Des consultations ont également eu lieu à Cotonou avec les organisations économiques et de la société civile, les donateurs, et le gouvernement central. Plus de 1 000 personnes ont assisté aux consultations à l'échelle nationale, dont plus de 20 pour cent d'entre elles étaient des femmes.

Bénéficiaires du programme

il est attendu du Programme qu'il augmente la production et la productivité des entreprises, qu'il augmente les possibilités économiques pour les foyers, et qu'il améliore la capacité à fournir des services publics.

Pour estimer les retombées du programme, une étude nationale a été réalisée sur plus de 5 700 foyers et entreprises et porte sur leur volonté de payer pour une énergie électrique. Il est ressorti de cette étude l’existence un marché de l'électricité secondaire important au Bénin, constitué de près d'un tiers de la totalité des raccordements des foyers au niveau national. Le marché secondaire présente une caractéristique des coûts élevés et du retard en matière de raccordement au réseau, et à l'intérieur de ces marchés, les voisins vendent aux voisins à un tarif dans certains cas deux fois supérieur au prix facturé par les services publics.

Le taux de rentabilité économique actuellement estimé au niveau du Programme est de 12 pour cent. Les paramètres clés influençant ce taux sont la volonté de payer pour une énergie électrique dans les marchés secondaires.  

Sur une période de vingt ans débutant lors de son entrée en vigueur, il est attendu qu'environ 1,97 million de foyers (environ 9,8 millions de personnes) bénéficient des avantages du Programme. Parmi ces bénéficiaires, une base estimée à 49 % d'entre eux vit avec moins de 4 USD par jour.

Les projets

Pour propulser le secteur béninois de l’énergie électrique, le programme va s’atteler à développer quatre projets qui en constitue le coeur. Chacun des projets se déclinent en ses activités propres.

Le Projet de réforme politique et de renforcement institutionnel vise à améliorer la gouvernance dans le secteur électrique. Son objectif est de préparer un terrain institutionnel pour une politique efficace. Les interventions dans ce domaine permettront d’améliorer la gestion et les capacités d’intervention de la Société béninoise de l’énergie électrique (SBEE) ainsi que de l’Autorité de régulation de l’électricité (ARE). Le projet contribuera à mettre en place un cadre favorable pour une production d'énergie indépendante (IPP [Independent Power Production]). Au programme de ce projet figurent aussi la réforme des tarifs d’électricité, l’amélioration de l’efficacité énergétique et la sensibilisation de la population sur des questions d’électricité la touchant.

Le Projet de production d'électricité a pour objectif d’augmenter la capacité de production nationale du Bénin jusqu'à 78 MW tout en diminuant la dépendance du pays aux sources d'énergie externes.  A cet effet, il sera mise en place une capacité de production à travers la construction de nouvelles unités de productions électriques et la réhabilitation de celles existantes.

Les constructions et les réhabilitations portent sur des centrales solaires photovoltaïques, des centrales thermiques et une centrale hydroélectrique.

Le Projet de distribution d'électricité vise à moderniser les infrastructures de distribution d'électricité du Bénin afin d'étendre la capacité du réseau pour s'adapter à la croissance future, améliorer la fiabilité, et réduire les pertes et les interruptions. Afin de réaliser ces objectifs, le Projet de distribution d'électricité met l'accent sur l'amélioration du réseau desservant Cotonou (et des réseaux régionaux sélectionnés comme un complément des investissements proposés en matière de production solaire), ainsi que sur une échelle nationale en construisant un centre moderne de contrôle et de régulation de la distribution afin de gérer le réseau de manière plus efficace.

Le Projet d’accès à l’électricité hors-réseau. Les deux tiers de la population du Bénin n'ont pas accès à l'électricité. Une grande partie de cette population vit dans des zones rurales où l'expansion du réseau existant est peu probable à court ou moyen terme. Le Projet d’accès à l’électricité hors-réseau fournira un financement pour l'électrification hors-réseau, y compris pour des systèmes de panneaux solaires photovoltaïques au niveau institutionnel et des ménages, des mini-réseaux, ainsi qu’un financement d’activités d'efficacité énergétique à l'échelle nationale par la distribution de fonds à travers un mécanisme de subvention, ainsi que par un financement nécessaire au renforcement politique et institutionnel permettant de soutenir l’intégralité du secteur électrique hors réseau au Bénin.

Mesures d'atténuation environnementales et sociales

Il est prévisible que les interventions de MCA-Bénin II impacte fortement l’environnement ainsi que les populations des milieux ciblés.

La MCC exige la mise en place de plusieurs mesures pour atténuer les risques associés au Projet. Il est donc prévu une étude d'impact environnemental et social spécifiques aux sites, qui débouchera des plans de gestion environnementale et sociale et des plans d'action de relocalisation pendant la phase de conception du projet. Les résultats de cette étude formeront la base des évaluations de l'impact environnemental et social spécifiques aux sites (ESIA) et/ou des plans de gestion environnementale et sociale (ESMP), selon le cas.  Les résultats des ESIA et des RAP formeront, en partie, la base des spécifications techniques spécifiques aux sites pour les contrats de travail.   

En ce qui concerne la présence potentielle de contamination par hydrocarbures ou par le polychlorobyphénile (PCB), un plan de gestion des déchets dangereux sera requis, celui-ci définissant l'élimination, la manipulation, le stockage et le rejet appropriés, possiblement en dehors du Bénin, de sols contaminés par le pétrole, de pétrole contaminé par le PCB, de sols et d'équipements, et d'autres déchets dangereux associés à la mise en œuvre des projets.

Les détails de ces mesures, ainsi que les dispositions prisent pour la relocalisation des populations affectées, la santé et la sécurité au travail figurent dans le document du programme ci-joint.

Inclusion sociale et intégration de l'égalité des sexes

La prise en compte du genre et des couches défavorisées est transversale à tous les projets. MCA-Bénin II veillera donc à ces paramètres dans la mise en oeuvre du programme aussi bien qu’à la répartition équitable des bénéfices de ce dernier à tous les sexes et les couches sociales.

Un audit sur l'égalité des sexes au sein de la SBEE sera réalisé pour mieux comprendre les pratiques des ressources humaines et pour documenter les problèmes, les défis, la capacité et les bonnes pratiques pouvant être améliorés.

MCA-Bénin II veillera veillera aussi à institutionnaliser des tarifs ciblés et adaptés à la population défavorisée.

Coordination des donateurs

La mise en oeuvre du programme de MCA-Bénin II est coordonnée avec les interventions des autres partenaires intervenant dans le domaine de l’énergie électrique au Bénin. A cet titre figurent l’USAID, la Banque mondiale, l'Union européenne, l'Agence française du développement, la Société allemande de coopération internationale (GIZ), et le Programme des Nations Unies pour le Développement. Les donateurs principaux ont organisé une Table ronde des Donateurs du Secteur de l'Énergie, qui se rassemble sur une base bi-annuelle, afin d'assurer la coordination des investissements.

Avant la finalisation du Programme, le gouvernement et la MCC ont consulté les principaux donateurs dans le secteur pour s'assurer d'une répartition du travail appropriée.